Réaction à l’annonce du rehaussement financier aux organismes communautaires de l’Outaouais

Réaction à l’annonce du rehaussement financier aux organismes communautaires de l’Outaouais : Des contraintes administratives qui pénalisent la population?

Gatineau, 16 août 2019 – Suite à l’annonce du rehaussement financier de 1.7 million au Programme de soutien aux organismes communautaires (PSOC) en Outaouais, la Table régionale des organismes communautaires autonomes de l’Outaouais (TROCAO) souhaite saluer l’effort d’un tel investissement. Or, à lui seul, cet investissement est loin de régler l’enjeu du sous-financement du milieu. Espérons que c’est le premier pas de la Coalition Avenir Québec (CAQ) vers l’amélioration du financement du communautaire.

De plus, tout dépendra de la méthode de répartition entre les organismes que le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) adoptera à la fin septembre. En effet, ce rehaussement pourrait contribuer à mieux soutenir les organismes, en particulier ceux qui sont très peu financés. Des ratés lourds d’impacts ont été connus l’an passé, ayant privé plusieurs organismes de l’admissibilité aux nouvelles sommes.

En 2018, seulement 34 organismes sur plus de 130, ont eu accès à un rehaussement. Près de 80 organismes furent exclus pour un motif bureaucratique lié à la reddition de compte. «Le problème, c’est que, pour la grande majorité de ces organismes, il s’agissait d’erreurs minimes, comme une signature manquante, par exemple. En bout de ligne, c’est la population de l’Outaouais qui est pénalisée par cette décision administrative démesurée. Comprenons bien que ces organismes respectent leurs engagements auprès de la population et du bailleur de fonds. Pour 2019-2020, on ne veut pas que cela se reproduise » -Daniel Cayley-Daoust, Directeur général de la TROCAO.

«Imaginez un organisme sous-financé qui exerce sa mission depuis 25 ans avec très peu de moyens et qui change la vie des gens au quotidien. Celui-ci, pour l’instant d’un mois, qui coïncide avec un congé maladie ou un départ de la direction générale, a fait une erreur mineure dans sa reddition de comptes. Si le Ministère de la santé et des services sociaux impose au CISSSO de maintenir cette approche comme l’an dernier, l’organisme ne sera pas éligible à un rehaussement. C’est une question de gros bon sens et d’équité entre les organismes », illustre Erik Bisson, Président de la TROCAO.

La TROCAO a pour mission de défendre et promouvoir l’action communautaire autonome. Elle est également porte-parole des organismes communautaires auprès du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO), notamment quant au Programme de soutien aux organismes communautaires (PSOC).

-30-

Pour plus de renseignements :

Erik Bisson, Président de la Table régionale des organismes communautaires autonomes de l’Outaouais

819-743-8942

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *