Communiqué – Journée d’action régionale pour la justice sociale

Communiqué de presse

 

Journée d’action régionale pour la justice sociale

Les organismes communautaires et les syndicats de l’Outaouais demandent que la sortie de crise soit collective et empreinte de justice sociale 

Gatineau, le 17 février 2021 – Afin de souligner la journée mondiale de la justice sociale qui aura lieu le 20 février prochain, des organisations communautaires et syndicales se rassemblent aujourd’hui pour une conférence de presse qui débutera à 13h00 devant la maison du citoyen à Gatineau. Le but est d’exprimer le fait que la crise actuelle a exacerbé plusieurs enjeux tels que l’itinérance, les conditions de travail, la santé mentale, le racisme systémique, les conditions de vie des aînés, l’effritement du filet social et la justice climatique.

Malheureusement, ce sont souvent les gens déjà fragilisés qui sont les plus touchés par les crises. Les organismes communautaires et les syndicats travaillent pour améliorer les conditions de vie de ces gens et sont capables de se réajuster très rapidement. « Nous, travailleurs et travailleuses des milieux communautaires, de la santé et de l’éducation, tenons à bout de bras les personnes les plus touchées par la crise, » souligne Guy Croteau, Secrétaire-trésorier et responsable de la sécurité sociale du Syndicat du personnel de l’enseignement des Hautes-Rivières (SPEHR). « Une économie où l’être humain est au centre des préoccupations, une démocratie où nous avons plein contrôle de la direction économique, voilà la seule sortie de crise possible, » renchérit Alexandre Deschênes, organisateur communautaire du collectif régional de lutte à l’itinérance en Outaouais (CRIO).

Au niveau des négociations du secteur public, qui touche plus de 500 000 travailleuses et travailleurs, et du sous-financement des quelques 4000 organismes d’action communautaire autonomes au Québec, les bottines doivent maintenant suivre les babines. Les innombrables mercis lancés de la part du gouvernement doivent maintenant céder le pas à des actions concrètes. Les défis qui nous attendent seront encore plus grands qu’auparavant et les Québécoises et les Québécois méritent un soutien et des services publics de qualité qui sauront répondre à leurs besoins durant cette difficile reconstruction. 

Les gouvernements doivent financer les services publics et les organismes communautaires à leur juste valeur afin de renforcer notre filet social qui s’effrite. Il doivent aussi s’assurer que les droits humains fondamentaux sont respectés et donnent par exemple l’accès à un revenu décent, au logement, à une alimentation saine, à des soins de santé et à l’éducation universelle et de qualité. L’équité et le respect des droits humains sont essentiels pour créer une communauté qui sera plus résiliente face aux crises.

« Nous demandons un changement majeur, l’avant-pandémie n’est pas une normale à laquelle nous voulons retourner. Collectivement, nous devons exiger mieux et bâtir un avenir meilleur pour tous, » mentionne Geneviève Tremblay-Racette, coordonnatrice de la Table ronde des organismes volontaires en éducation populaire de l’Outaouais (TROVEPO). 

« Pour faire face à cette crise, nous devons redonner du pouvoir aux communautés et travailleurs et travailleuses qui contribuent à une société plus juste, humaine et réellement démocratique, » explique Simon Dostie-Cormier, Président du Syndicat du soutien scolaire de l’Outaouais. « Allons-nous apprendre de nos erreurs avec la pandémie et prendre des actions concrètes aujourd’hui pour rompre avec notre passé afin de collectivement nous relever sans oublier personne? »

-30-

Informations complémentaires :

Quelques représentants syndicaux et d’organismes communautaires seront présents lors de la conférence de presse pour parler de la réalité terrain et des perspectives de sortie de crise. 

Les personnes qui s’exprimeront sont : 

  • Michel Kasongo, Directeur général de la Soupe populaire de Hull

  • Simon Dostie-Cormier, Président du Syndicat de soutien scolaire de l’Outaouais (SSSO)

  • Guy Croteau, Secrétaire-trésorier au Syndicat du personnel de l’enseignement des Hautes-Rivières (SPEHR) (FSE-CSQ)

  • Mélanie Sarazin, Directrice générale du Regroupement des organismes communautaires en santé mentale de l’Outaouais (ROCSMO)

  • Alfonso Ibarra Ramirez, Président du Conseil central des syndicats nationaux de l’Outaouais-CSN (CCSNO)

En plus des syndicats représentés ici, ces regroupements d’organisme, qui ensemble représentent plus de 120 organismes de la région, ont aidé à organiser l’événement :

  • Le Collectif régional de lutte à l’itinérance (CRIO)

  • La Table de concertation sur la faim et le développement social de l’Outaouais (TCFDSO)

  • La Table régionale des organismes communautaires autonomes de l’Outaouais (TROCAO)

  • La Table régionale des organismes volontaires en éducation populaire de l’Outaouais (TROVEPO)